Reborn
3 idées reçues sur les compléments alimentaires

3 idées reçues sur les compléments alimentaires

Selon l’Observatoire 2021 publié par le Synadiet, le Syndicat National des Compléments alimentaires, c’est plus d’un Français sur 2 qui consomme des compléments alimentaires et, pour la majorité, depuis moins d’un an. Pour plus de 50% des adeptes, l’utilisation est plutôt occasionnelle, en adéquation avec les saisons ou des périodes particulières de la vie (examens, périodes de fatigue). Mais pour certains, la consommation perdure tout au long de l’année.

Cet engouement récent pour ces suppléments vitaminés s’accompagne également de croyances infondées.  

Voici un aperçu des 3 idées reçues sur les compléments alimentaires.

 

 

Idée reçue n°1 : Consommer des compléments alimentaires tout au long de l’année est bénéfique pour l’organisme.

 FAUX !

Lorsque vous faites une cure de compléments alimentaires, votre corps emmagasine des nutriments qui sont bénéfiques à votre organisme lorsque la cure n’excède pas 3 mois. Au-delà de cette durée, 2 constats ont été réalisés.

 

Perte d'efficacité

D’une part, une perte d’efficacité du produit a été relevée. En effet, votre corps s’est habitué aux molécules actives et n’y est plus aussi réactif.

 

Problèmes rénaux

D’autre part, le risque d’abîmer vos reins est bien présent. Un traitement prolongé fatigue vos reins qui travaillent dur pour veiller au juste apport de chaque molécule tout au long des 3 mois. Il faut leur laisser le temps de se reposer pour éviter que leur épuisement crée une défaillance dans votre corps.

 

De mauvais conseils

Beaucoup de marques, par soucis de faire du chiffre ou par manque de connaissances sur la nutrition et le corps humain, font l'erreur de conseiller une consommation tout au long de l’année.

 

Chez Reborn

Chez Reborn, notre priorité est de prendre soin de votre santé dans le respect de votre physiologie et en toute sécurité. C’est pourquoi, nous travaillons en étroite collaboration avec un médecin et une ingénieure agroalimentaire spécialisée en nutrition humaine. Notre conseil est simple : dégustez nos délicieux gummies et/ou comprimés à croquer pendant 3 mois, puis faites une pause de 2 à 3 mois avant de vous régaler de nouveau.

 

Idée reçue n°2 : Il vaut mieux consommer trop de vitamines que pas assez. 

FAUX !

Beaucoup de personnes associent les vitamines à un apport bénéfique sur l’organisme et la peur de la carence les orientent bien trop souvent vers l’excès. Si la déficience vitaminique peut avoir des effets désastreux sur la santé, une surconsommation peut conduire à une intoxication appelée hypervitaminose.

 

Vitamines liposolubles

C'est notamment le cas lorsque les vitamines ingérées sont liposolubles : vitamine A, D, E, K. En effet, ces dernières ne sont pas éliminées et sont stockées par l’organisme. Le sur-stockage est alors toxique.

 

Vitamines hydrosolubles

A l’inverse, les vitamines hydrosolubles (vitamines du groupe B, vitamine C) sont éliminées par l’organisme via l’urine. Le surdosage est donc moins dangereux mais est à éviter au risque de stimuler excessivement les reins jusqu’à leur épuisement.

 

Un surdosage néfaste et inutile

De par ces explications, il apparaît donc clairement inutile de trop consommer des vitamines hydro et liposolubles : elles en deviennent néfastes pour le corps et l’excédent de vitamine hydrosolubles n’apporte pas plus d’efficacité car il est éliminé dans les urines.

 

Un cadre réglementaire

La réglementation permet de cadrer les apports en vitamines et minéraux afin de combler les besoins dans le respect des limites maximales de sécurité.

Le Parlement Européen a donc défini dans le règlement (UE) n°1169/2011 les Apports de Référence (AR), à savoir les besoins moyens en nutriments et en énergie d’un adulte en bonne santé, quelque soit son âge, son sexe ou son activité physique. Sur l’étiquetage des compléments alimentaires, la dernière colonne du tableau des ingrédients indique donc le pourcentage auquel une vitamine comble le besoin moyen d’un adulte.

Également, l’arrêté du 9 mai 2006 fixe dans son Annexe III les Doses Journalières Maximales (DJM) à savoir les limites maximales de sécurité d’apport des nutriments. Ces dernières ont été établies après une évaluation scientifique du risque ainsi que des apports nutritionnels provenant de l’alimentation courante.

 

Le cas de la biotine

Mais alors pourquoi retrouve-t-on sur le marché des suppléments vitaminés avec 20 000% des AR en biotine (Vitamine B8) si la réglementation fixe un cadre ? Si il n’est pas interdit de dépasser les AR dans les compléments alimentaires, il est en revanche interdit de dépasser les DJM. Or, il n’existe pas de limite maximale de sécurité pour la biotine car l’hypervitaminose est rare. Un excès est cependant délétère pour vos reins qui travaillent inutilement pour l’éliminer, d’autant plus qu’il n’a aucun impact supplémentaire sur l’efficacité. Scientifiquement, il est donc aberrant de surdoser la biotine.  

 

Chez Reborn

Chez Reborn, pas d’inquiétude ! Notre médecin veille à ce que les doses d’actifs apportées comblent correctement les besoins nutritionnels (AR), sans jamais dépasser les doses à risques (DJM). Dans notre produit Hair & Nails, vous retrouverez 200% des Apports de référence en biotine, un dosage raisonnable prenant en compte le fait que le corps n’assimile pas la totalité des vitamines et minéraux apportés.  

 

Idée reçue n°3 : Les compléments alimentaires ne sont pas utiles car ils ne sont pas efficaces et d'autant plus si ils sont sous forme de gummies.

 FAUX !

 

Un décalage attentes/définition

Premièrement, cette remarque réside dans le décalage qu’il y a entre l’attente irréalisable que les consommateurs ont vis-à-vis des compléments alimentaires et la définition de ces derniers. Beaucoup s’attendent à constater une pousse spectaculaire de leurs cheveux en seulement une semaine ou bien à faire disparaître leurs douleurs articulaires en un clin d’œil. Or ce n’est pas ce qui se produit car ce n’est tout simplement pas l’objectif visé.

 

Définition des compléments alimentaires

Rappelons que, les compléments alimentaires sont définis comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter un régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique » (Directive 2002/46/CE du Parlement européen, transposée par le décret n°2006-352 du 20 mars 2006).

Les compléments alimentaires ne se substituent donc pas à  une alimentation variée et équilibrée et à un mode de vie sain. Ils viennent, comme leur nom l’indique, en complément de ces deux éléments. Ils viennent améliorer le confort au quotidien et prévenir certains maux ou désagréments que l’on peut rencontrer au cours de notre vie (perte des cheveux, imperfections, problèmes articulaires, fatigue, etc). Ils se situent à la frontière entre l’aliment, qui nourrit, et le médicament qui soigne. Il est important de noter que leur effet est préventif et n’est absolument pas curatif.

 

Un manque d'efficacité causé par un manque d'adhérence à la cure

Deuxièmement, pour la plupart des indications, une cure de supplémentation long terme (maximum 3 mois) est nécessaire pour en ressentir tous les effets. Cependant, on constate bien trop souvent que les gens n’arrivent pas au bout de leur cure et donc ne bénéficient pas des bienfaits escomptés. Cela s’explique essentiellement par le format (gélule, comprimé ou poudre) bien trop proche du médicament, associant le consommateur à un malade contraint de prendre son traitement plutôt qu’à une personne heureuse de prendre soin d’elle.

 

Le gummy : une solution permettant d'allier l'utile à l'agréable

Le gummy s’avère être une excellente solution à ce problème, permettant d’allier l’utile à l’agréable.

Il n’est alors plus question de subir et de se dire « Je dois prendre mon complément alimentaire », mais plutôt de vouloir se faire plaisir en se disant « J’ai envie de prendre mon complément alimentaire ». Le gummy permet de changer la vision des compléments alimentaires, affranchissant ainsi les consommateurs de la difficulté à finir leur cure. Ils peuvent ainsi bénéficier de toutes les vertus souhaitées.

Les plus réticents diront : « C’est moins efficace que les gélules ou les comprimés à avaler». Ils se trompent ! Dans une étude clinique randomisée menée par l’équipe de scientifiques de Wagner CL en 20191,  40 patients ont reçu 20 000 UI de vitamine D3, sous forme de gummies ou sous forme de comprimés à avaler. Les résultats étaient sans appel : la vitamine D3 avait une plus grande biodisponibilité lorsqu’elle était ingérée sous forme de gummies. Cela s’explique par le fait que les gummies impliquent une phase de mâchage, laquelle permet une prédigestion dans la bouche, facilitant ensuite une meilleure assimilation et biodisponibilité de la molécule active.

 

Le marché des compléments alimentaires n’a de cesse de se développer. Malheureusement, certaines fausses informations véhiculées par des marques désireuses de faire du chiffre ou manquant de connaissances scientifiques sur la physiologie humaine nuisent à l’objectif premier des compléments alimentaires qui est de prendre soin de vous. Les suppléments vitaminés ne sont pas non plus à l’abri des rumeurs infondées disséminées par des détracteurs non consommateurs.

 

Soyez assurés que la priorité de Reborn est de prendre soin de vous, de votre beauté, de votre bien-être et de votre santé. Nous avons à cœur de vous conseiller au mieux sur la posologie. De plus, nous veillons, avec l’aide d’un médecin et d’une ingénieure agroalimentaire spécialisée en innovation et nutrition humaine à vous proposer des compléments alimentaires sous forme gourmande avec des actifs naturels et justement dosés.

Pour apprécier les compléments alimentaires les plus efficaces du marché en toute sécurité c’est ici > https://www.reborn.paris/.

 

Source 

1Wagner CL, Shary JR, Nietert PJ, Wahlquist AE, Ebeling MD, Hollis BW. Bioequivalence Studies of Vitamin D Gummies and Tablets in Healthy Adults: Results of a Cross-Over Study. Nutrients. 2019 May 7;11(5):1023. doi: 10.3390/nu11051023. PMID: 31067745; PMCID: PMC6566230.

 

Laissez un commentaire