Hormones et cheveux : amis ou ennemis ? 😇👿

Hormones et cheveux : amis ou ennemis ? 😇👿

Les hormones se sont emparées de votre corps et de votre esprit pour les gouverner. Une véritable dictature corporelle ! Vos cheveux ne sont pas en reste puisque leur cycle de vie est hormono-dépendant. Mais comment ces autoritaires molécules parviennent-elles à leurs fins ? Comment réussissent elles à faire appliquer leurs règles ? Et si comprendre ces figures de l'autorité physiologique vous permettait de renverser le gouvernement hormonal en place pour prendre le dessus ? Vous seriez enfin maîtres de notre destin capillaire : fin tragique ou happy end  ? A vous de décider du sort de votre belle crinière  !

 

I. Les parfaites connaissances capillaires des hormones leur donnent le plein pouvoir

Vos cheveux sont les petits disciples de vos hormones. Ces dernières en connaissent tous les rouages, de la physiologie au cycle de vie pour mieux les dompter. 

Elles savent que le cheveu, comme un organisme vivant, naît et grandit. Puis sa croissance cesse et il s'éteint progressivement. 

Ce cycle de vie se traduit par 3 phases : 

1) La phase anagène : Le cheveu pousse de 13 cm/an. Cette phase dure 2 à 6 ans. 

2) La phase catagène : Le cheveu arrête de pousser. Cette phase dure 2 à 4 semaines. 

3) La phase télogène : Le cheveu tombe. Cette phase dure 3 à 4 mois. 

Cette évolution est normale et la chute du cheveu n'est finalement qu'un mécanisme naturel de renouvellement de la fibre avec 60 à 100 cheveux perdus par jour. Tant que cette perte est stable, pas de quoi s'alarmer, c'est lorsqu'elle s'accélère qu'il faut s'inquiéter.

C'est là que les hormones viennent mettre leur petit grain de sel... Elles adorent jouer sur les différentes phases de vie du cheveu et leurs vitesses.

Elles ont chacune leur rôle bien précis et c'est grâce à leur capacité à se compléter parfaitement dans un subtil équilibre qu'elles arrivent à mener habilement le jeu. 

 

II. La composition du gouvernement hormonal régit la chute de vos cheveux

 

LES OESTROGENES

Honneur aux femmes, présentant d'abord les hormones femelles : les œstrogènes qui ont la chance de compter parmi elles la célèbre progestérone. Ces chères dames moléculaires sont friandes de la chevelure à la mode Raiponse et prolongent à leur guise la phase anagène pour que vous aboriez une longue chevelure resplendissante de santé. 

LES ANDROGENES

    Où sont les machos et leur phrase culte "Femme au volant, mort au tournant" ? car quand les hormones femelles prennent le contrôle du véhicule corporel, tout va pour le mieux ! On ne peut pas en dire autant des hormones mâles, les androgènes qui comptent parmi elles la fameuse testostérone. Lorsque ces molécules masculines, avides de sensations fortes, prennent le contrôle du cycle capillaire,  elles ne peuvent s'empêcher de l'accélérer ! Résultat, un cheveu qui vieillit plus vite que la lumière et tombe sans avoir eu le temps de bien vivre. Cela s'explique scientifiquement. 

    La testostérone va se fixer sur des récepteurs androgènes au niveau de la papille dermique, le moteur biologique du cheveu qui se trouve à sa base. Elle y est transformée en dihydrotestostérone (DHT). Si il y a trop de testostérone, il va y avoir trop de DHT et cela pose problème. Ce dernier s'attaque au follicule pileux ce qui fait vieillir prématurément le cheveu. Son cycle de vie s'accélère, il n'a plus le temps de pousser correctement. Il devient fin et fragile jusqu'à ne plus croître du tout.

     

    EQUILIBRE HORMONAL
    Mesdames et messieurs, sachez que vous possédez tous des hormones mâles et femelles, mais en proportions différentes. 

    Comme cela se devine aisément, les femmes ont plus d'œstrogènes, c'est pourquoi leurs cheveux poussent plus vite et qu'elles sont moins touchées par les calvities androgéniques (hormonales). Mais comme elles subissent de nombreuses perturbations hormonales au cours de leurs vie, elles se retrouvent tout de même confrontées à la perte de cheveu d'origine hormonale. 

    Chez les hommes, la testostérone domine et influe sur le cycle du cheveu, les prédisposant davantage à la calvitie. 

    Votre mission si vous l'acceptez, maintenir ces proportions définies par votre sexe pour une santé capillaire au top. Attention cependant, le chemin est semé d'embûches et tout déséquilibre conduit au chaos. Mission impossible ? 

     

    III. Les montagnes russes hormonales en cause de l'alopécie androgénique chez l'homme et la femme.

     

    CHEZ LES HOMMES

      Le crâne dégarni ? C'est un phénomène courant chez les hommes ! Bien plus que d'être associé à l'âge, ce phénomène est avant tout hormonal et héréditaire puisque 97% des pertes de cheveux chez l'homme sont d'origine androgénique, c'est à dire lié à un excès d'hormone mâles, de testostérone notamment. Et cet excédent est héréditaire ! Dès 20 ans, les premiers effets de ce déséquilibre hormonal apparaissent. D'abord, les golfes temporaux se dégarnissent. Puis c'est au tour du dessus de la tête en partant de l'arrière de se clairsemer progressivement. Sans traitement, les cheveux disparaissent progressivement et de façon diffuse de l'intégralité du cuir chevelu pour ne plus jamais repousser. 

       

      Beaucoup pensent ne rien pouvoir faire mais la clé est d'agir rapidement pour retarder cette disparition capillaire au maximum tout en limitant les facteurs aggravant. Pour cela, rien de mieux que d'agir depuis l'intérieur en profondeur avec une alimentation variée et équilibrée. Les compléments alimentaires s'avèrent être une excellente solution également. Grâce à un apport complémentaire de vitamines, de minéraux, de plantes et même de probiotiques, les cheveux peuvent être considérablement renforcés pour être plus résistants à la chute et leur croissance peut être boostée. Absolu+ Hair est la solution nutricosmétique la plus efficace du marché avec une efficacité constatée de -50% de chute de cheveux en 12 semaines ! En combinaison avec Hair & Nails et son effet booster de croissance phénoménal, il est possible de lutter efficacement contre la calvitie. 

       

      CHEZ LES FEMMES 

        15 à 20% des pertes de cheveux chez les femmes sont provoquées par un dérèglement hormonal. Cette atteinte partielle du cuir chevelu est appelée alopécie androgénique. Pourquoi ? Car les taux d'œstrogènes fluctuent au cours de la vie d'une femme si bien que les androgènes prennent parfois le dessus. La phase anagène est raccourcie et ce sont des cheveux plus courts, plus fins et plus fragiles qui traversent le cycle pilaire plus rapidement jusqu'à tomber. Cette chute conduit à un élargissement de la raie centrale sur le dessus de la tête. La masse capillaire est affinée au niveau des tempes et au pourtour des oreilles et le sommet du crâne devient clairsemé. 

         3 périodes hormonales sont déterminantes pour le cycle du cheveu : 

         

        1) Les menstruations

        • En période d'ovulation, au milieu du cycle menstruel, les réserves énergétiques sont débordantes et la concentration maximale. La peau est parfaitement lisse et les cheveux doux et brillants. Quelle belle période de paix et d'osmose entre les autorités hormonales et votre peuple capillaire. Les taux d'œstrogènes, les hormones "amies" de vos cheveux ont atteint les sommets pour magnifier votre chevelure et stimuler sa croissance.
        • Quelques jours avant le début des règles, une fois l'ovulation passée, c'est le début de la décadence. Les œstrogènes perdent en présence tout comme leur incroyables bienfaits : l'énergie est en baisse, la peau et les cheveux graissent.
        • Pendant les règles, la présence des angéliques œstrogènes est similaire à la présence des salariés en plein mois d'août : il n'y a presque plus personne ! Les diaboliques androgènes en profitent pour prendre le dessus et fragiliser, assécher et casser la chevelure. Résultat ? Davantage de cheveux sur la brosse, les coussins et les vêtements !

        En cas de perte excessive de cheveux pendant les règles, il faut agir ! Vérifiez avec votre médecin ou votre gynécologue que votre moyen de contraception n'accentue pas le déséquilibre hormonal. Egalement, prenez particulièrement soin de vos cheveux pendant cette période critique : évitez les agressions comme la chaleur lors du séchage ou du lissage, les colorations capillaires, le tabac et faites des masques fortifiants. Les compléments alimentaires à base de safran, un équilibreur hormonal à l'efficacité scientifiquement prouvée, peuvent s'avérer être d'une grande utilité. Vous pouvez en retrouver en cliquant ici. 

         

        2) La grossesse

        On dit souvent que la grossesse embellit, et pour cause ! Les hormones féminines battent leur plein et font le bonheur de votre peau et de vos cheveux. Votre crinière est épaisse, brillante et forte, le rêve ! 

        Malheureusement, la situation vire rapidement au cauchemar capillaire avec l'accouchement qui déséquilibre totalement les hormones. L'ascension fulgurante des hormones oestroprogestatives durant le troisième trimestre de grossesse n'est plus qu'un lointain souvenir et ces dernières sont alors en totale chute libre. 

        Ainsi, un tiers des femmes souffrent de chute capillaire massive en post-partum, 2 à 4 mois après l'accouchement. Ce type d'alopécie diffuse est appelé effluvium télogène du post-partum.

        Une période sympathique pour les mamans qui doivent, en cette période bouleversante, épuisante et riche en émotions, faire face à une atteinte des plus inesthétiques. 

        La solution est évidemment de remédier à cette chute hormonale causée par l'accouchement avec des équilibreurs hormonaux comme le safran évoqué plus haut ou avec du houblon, de la luzerne, des graines de lin et de la sauge. Les vitamines du groupe B, extrêmement sollicitées par le fœtus pendant la grossesse sont également intéressantes à apporter. Enfin, le stress et la fatigue sont des facteurs aggravant de l'alopécie, mieux vaut donc se reposer et se détendre le corps et l'esprit. Là aussi le safran peut s'avérer être d'une grande aide, mais aussi les vitamines C et D. Retrouver l'alliance parfaite entre safran et vitamines B, C et D pour une récupération post-partum optimale ici. 

         

         3) La ménopause

        A la ménopause et même 4 ou 5 ans avant, les œstrogènes s'effondrent de -80% et les androgènes seulement de 10 à 30%. En conséquence, un déséquilibre hormonal se creuse. Les hormones capillairement bénéfiques ne sont plus assez puissantes et nombreuses pour contrebalancer les effets néfastes de la DHT sur la fibre capillaire qui s'affaiblit, s'affine et pousse de moins en moins vite ou plus du tout. Certaines femmes perdent jusqu'à 2/3 de leur chevelure ! Une alopécie qui rivalise avec les autres symptômes de la ménopause : bouffées de chaleur, maux de tête, troubles du sommeil, anxiété, etc. 

          

        L'équilibre hormonal est crucial pour le maintien d'une chevelure en pleine santé. Le moindre bouleversement dans les proportions œstrogènes et androgènes peut causer des dégâts capillaires de taille. Les compléments alimentaires permettent de renforcer les cheveux et favoriser leur ancrage pour diminuer leur chute. Ils aident à stimuler la pousse des cheveux pour des cheveux plus longs, plus denses et plus volumineux. Notre medical advisor, médecin esthétique spécialisé dans la greffe du cheveu, a développé 2 produits d'exception pour offrir une seconde vie à vos cheveux : Absolu+ Hair et Hair & Nails. 

        Mais les suppléments nutritionnels trouvent aussi leur utilité en agissant aux causes même de la chute, à savoir le déséquilibre hormonal, le stress, la fatigue, les carences, etc. Ainsi, les gummies Life & Balance contiennent un actif d'exception, le safran. Ce dernier aide à maintenir un équilibre hormonal et émotionnel pour prévenir l'alopécie androgénique et le stress. Les vitamines contenues dans les gummies contribuent également à réduire la fatigue et à éviter toute carence. Libérez-vous de l'emprise que vos hormones exercent sur vous en vous emparant du pouvoir des compléments alimentaires ! 

           

          Laisser un commentaire

          Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.