🔮 Si vous avez dĂ©jĂ  eu un coup de soleil alors lisez cet article

🔮 Si vous avez dĂ©jĂ  eu un coup de soleil alors lisez cet article

La quĂȘte d'un sublime bronzage dorĂ© nous amĂšne parfois Ă  une exposition solaire excessive. RĂ©sultat ? Ce n'est pas un merveilleux teint hĂąlĂ© que vous arborez mais une mine rougie : vous avez attrapĂ© un coup de soleil. Comment prĂ©server sa peau de rougeurs disgracieuses tout en l'illuminant des pigments satinĂ©s induits par le soleil ? 

 

1. Entre bronzage et coup de soleil, il n'y a qu'un pas : on vous explique tout le mécanisme.

A la recherche du hùle parfait, vous vous exposez au soleil. Oui mais voilà, cette grosse boule lumineuse qui éclaire le ciel et que vous pensiez bénéfique pour votre teint est en fait considérée comme une agression par votre corps. Ce dernier déploie alors sa meilleure arme physiologique, son bouclier de protection naturelle pour lutter efficacement contre l'agression solaire et ses effets néfastes : la mélanine. La méla-quoi ? Il s'agit en fait tout simplement du pigment qui colore votre peau. Son super-pouvoir est celui d'absorber les rayons du soleil. De ce fait, tant que l'exposition solaire reste raisonnable et protégée, vous pouvez appréciez les bienfaits pigmentant du soleil sur votre peau.

Mais il arrive parfois, par flemme, simple oubli ou volonté de bronzer plus vite, que vous laissiez la crÚme solaire de cÎté. Avide d'un hùle toujours plus intense, vous faites subir à votre peau une exposition excessive ou prolongée aux rayons ultraviolets UVB du soleil. Dans ce cas vous créez un déséquilibre : l'armée de mélanine qui protÚge votre corps est en quantité insuffisante pour se défendre face à la multitude de puissants rayons qui lui arrivent dessus. La peau brûle alors de façon plus ou moins grave, créant ainsi une réaction inflammatoire.

Le corps mobilise alors une Ă©quipe de dĂ©fense jusqu'alors restĂ©e sur le banc de touche. Un grand nombre de petites substances dites anti-inflammatoires sont libĂ©rĂ©es dans l'organisme vers la zone inflammĂ©e pour dilater les vaisseaux sanguins. Cela permet d'Ă©vacuer la chaleur en augmentant la circulation sanguine sur la partie de peau touchĂ©e. C'est cette afflux important de sang qui donne cette couleur rouge communĂ©ment appelĂ©e coup de soleil ou Ă©rythĂšme solaire. Toujours dans un objectif de refroidissement, les capillaires sanguins vont libĂ©rer de l'eau, qui, en remontant vers la surface va faire pression sur les terminaisons nerveuses, d'oĂč la douleur. Si le coup de soleil est trĂšs violent, cette eau va former des cloques au niveau de l'Ă©piderme.

Mais qui sont les petits chanceux qui arboreront une mine couleur tomate cet Ă©tĂ© ? Les personnes Ă  phototypes clairs sont les plus concernĂ©es. GĂ©nĂ©ralement, si vous avez les cheveux blonds ou roux, la peau pĂąle et des tĂąches de rousseurs, vous faites partie de cette catĂ©gorie d'individus qui ne se feront jamais jalouser pour leur teint dorĂ© par le soleil. MĂ©fiez vous tout de mĂȘme si vous ne vous ĂȘtes pas exposĂ©-e depuis longtemps ! Les jeunes enfants restent Ă©galement les plus sensibles aux effets nocifs de l'exposition.

     

    2. Identification des agresseurs : les rayons ultraviolets.

    Lorsque le soleil brille, il Ă©met un rayonnement. 39% de ce rayonnement est visible. Pour 56% il s'agit de rayons infra-rouge et pour 5% de rayons ultraviolets (UVs). C'est Ă  ces derniers qu'on attribue bronzage et coup de soleil mĂȘme si ils sont, en partie, arrĂȘtĂ©s par l'atmosphĂšre et la couche d'ozone.

    Il existe 3 types d'ultraviolets : 

    • N°1 : Les UVA

    Ce sont les grands majoritaires, 95% des UVs. Rien ne les arrĂȘte, pas mĂȘme les nuages et les vitres. Ils ne brĂ»lent que trĂšs peu les couches superficielles de la peau (mille fois moins que les UVBs), prĂ©fĂ©rant aller Ă  la rencontre des couches profondes de l'Ă©piderme pour faire un petit coucou destructeur aux fibres, Ă©lastines et collagĂšnes du derme. En profondeur, il rameute d'autres ennemis de notre peau : les radicaux libres. Ensemble, ils forment une tribu dĂ©moniaque agressant massivement la peau : dans le meilleur des cas elle vieillit prĂ©maturĂ©ment, dans le pire des cas, certaines cellules deviennent dĂ©fectueuses et provoquent des cancers. On pourrait se dire, avec tous ces dĂ©fauts, peut-ĂȘtre nous font-ils au moins bronzer ces petits UVA ? Eh bien, ce n'est mĂȘme pas le cas. Ils viennent en fait oxyder la mĂ©lanine dĂ©jĂ  prĂ©sente dans nos cellules cutanĂ©es, sans stimuler sa production. Cela se manifeste par une pigmentation quasi immĂ©diate de la peau, mais malheureusement ce bronzage n'est que de trĂšs courte durĂ©e et disparaĂźt aussi rapidement qu'il est venu.

    •  N°2 : Les UVB

    En petit nombre (5% des UVs) et pourtant ils n'en demeurent pas moins fĂ©roces. Ils rayonnent directement sur l'Ă©piderme Ă  la surface de la peau ou bien par rĂ©verbĂ©ration. Seulement 10% d'entre eux atteignent les couches profondes de la peau. Ce sont eux qui sont responsables du bronzage en stimulant la synthĂšse de mĂ©lanine avec un effet dit retardĂ©, survenant 48h Ă  72h aprĂšs l'exposition mais se prolongeant dans le temps pour votre plus grand bonheur. Malheureusement, chaque bonne chose amĂšne son lot d'ennuis et les UVBs sont aussi les grands coupables des brĂ»lures de la peau (coups de soleil). Heureusement, ils sont facilement arrĂȘtĂ©s par les nuages et le verre, il est donc plus simple de se protĂ©ger d'eux que des UVAs.

    • N°3 : Les UVC.

    Ils sont trÚs peu nombreux (<1% des UVs) et sont presque totalement filtrés par la couche d'ozone ! La nature est ainsi bien fait, car ce sont les plus nocifs.

     

    3. Quand le soleil tape, votre peau en prend un coup.

     L'exposition au soleil n'est pas sans conséquences : brûlures, allergies, vieillissement prématuré, cancer et problÚmes de santé, etc. Il est toujours bon de connaßtre les risques que vous encourez lorsque le soleil tape sur votre peau. Car quand on tape, on assÚne des coups irréversibles, pas uniquement des coups de soleil.

    •  BrĂ»lure du 1er degrĂ©, superficielle mais pas anodine.

    Entre la 6Ăšme et la 24Ăšme aprĂšs vous ĂȘtre exposĂ©-e au soleil, et notamment aux UVBs, votre peau a rougi intensĂ©ment mais il n'y a pas eu  de cloques. Lorsque vous appuyez sur la zone touchĂ©e, la rougeur disparaĂźt. Cela vous dĂ©mange un peu Ă©galement. Ne cherchez plus, vous avez un coup de soleil superficiel du 1er degrĂ©. Votre peau va sĂ»rement peler (desquamation) puis en 3 Ă  5 jours, cela sera guĂ©ri ! Vous n'aurez pas de traces de ce malheureux incident : pas de tĂąches pigmentaires ni de cicatrices.

      • BrĂ»lure du 2Ăšme degrĂ© superficiel

      AĂŻe aĂŻe aĂŻe, vous venez de passer votre aprĂšs-midi Ă©talĂ©-e comme une crĂȘpe sur votre serviette de plage, en plein soleil et sans crĂšme solaire. Vous en ĂȘtes au moment des regrets, quelques heures aprĂšs l'exposition. Votre peau est non seulement rouge mais disgracieusement parsemĂ©e de cloques (phlyctĂšnes) remplie d'un liquide transparent, pour un rendu cutanĂ© trĂšs peu glamour. Et qui plus est, vous souffrez d'une affreuse douleur. Vous tentez d'appuyer sur votre peau avec votre doigt et elle blanchit. Tout est rĂ©uni pour vous diagnostiquer une brĂ»lure du 2Ăšme degrĂ© superficiel.

      Il va falloir vous armer de patience car cela peut mettre entre 10 et 15 jours avant de disparaßtre. Mais rassurez vous, mise à part des tùches sombres et lentes à disparaßtre vous ne garderez de cette brûlure que le souvenir douloureux : zéro cicatrice à prévoir !

      • BrĂ»lure du 2Ăšme degré profond

      AprĂšs un bain de soleil, vous constatez l'apparition de cloques sur votre peau qui elle, reste pĂąle. Vous ne ressentez aucune douleur. Contre-intuitivement, cela est plus alarmant que si votre peau Ă©tait rouge et vous faisait souffrir ! Vous en ĂȘtes arrivĂ©-e au stade ou le soleil Ă  dĂ©truit vos vaisseaux sanguins et vos terminaisons nerveuses ce qui explique que la peau soit restĂ©e blanche et indolore. PrĂ©parez vous Ă  vivre un mois en compagnie de ces brĂ»lures avant guĂ©rison. Un sĂ©jour avec vos cloques qui marquera Ă  jamais votre esprit et votre corps de cicatrices. La desquamation laissera place quant Ă  elle Ă  une couche de peau lĂ©gĂšrement rosĂ©e et particuliĂšrement fragile.

      • Lucite estivale bĂ©nigne

      Vous avez sans doute dĂ©jĂ  entendu quelqu'un dire "je suis allergique au soleil". Vous ne l'avez peut-ĂȘtre pas cru et pourtant cela arrive plus souvent qu'on ne le croit. Dans le jargon mĂ©dical, on appelle cela une lucite. Et cette fois-ci, les grands accusĂ©s sont les UVAs et non les UVBs. La rĂ©action est trĂšs rapide, dĂšs l'exposition au soleil et se manifeste par une éruption de petits boutons et de plaques rouges qui dĂ©mangent visibles sur le dĂ©colletĂ©, le haut du dos, les avant-bras et les jambes. Au fil des annĂ©es, la rĂ©action a tendance Ă  s'aggraver, notamment chez les femmes.

      • RĂ©action phototoxique ou photo-allergique

      Le combo royal ? Terrain allergique + produit cosmĂ©tique ou mĂ©dicamenteux +  exposition au soleil = rĂ©action phototoxique. Ce type d'allergie provoque une rougeur cutanĂ©e douloureuse de type « coup de soleil violent ». Elle est dĂ©clenchĂ©e par l'exposition solaire (mĂȘme faible) dont le rayonnement interagit avec les molĂ©cules chimiques d'un mĂ©dicament ingĂ©rĂ© ou d'un produit cosmĂ©tique appliquĂ© (crĂšme, dĂ©odorant, parfum, huile essentielle). Il suffit d'arrĂȘter le produit en cause ou l'exposition pour que les symptĂŽmes disparaissent progressivement.

      • Vieillissement cutanĂ©

      Le soleil, est notamment les UVAs, viennent endommager les protéines de soutien de la peau : fibres, élastine, collagÚne. La peau s'affaisse et se plisse, laissant les rides se former progressivement et surtout prématurément. Egalement, ces rayons induisent la production massive de radicaux libres qui viennent perturber la sécrétion de mélanine, laissant apparaßtre des défauts de pigmentation : des zones qui bronzent moins bien ou, à l'inverse, qui prennent une couleur plus sombre que la peau naturelle.

      • Cancer de la peau dont mĂ©lanome

      Le soleil peut laisser des traces indélébiles. Lorsqu'il arrive sur la peau, il atteint les cellules et vient endommager l'ADN qu'elle renferme et qui est en fait le plan de fabrique de chaque individu. Heureusement, il existe toute une batterie d'enzymes qui viennent réparer les dégùts. Seulement les réparations ne sont jamais parfaites. En conséquence, au fil des coups de soleil, l'ADN est de plus en plus abßmé. Comme les cellules lisent cet ADN, ce plan de fabrique, pour se multiplier et bien l'organisme se met à produire des cellules défectueuses qui peuvent devenir cancéreuses. Ce cancer photo-induit est d'ailleurs le plus fréquent avec 70 000 nouveaux cas par an. Il est d'autant plus fréquent chez certaines personnes à risque : 

      - pour qui le bronzage est difficile

      - qui présentent des tùches de rousseurs

      - qui présentent plus de 40 grains de beauté dont certains de plus de 5 mm,

      - qui ont des antécédents de mélanome dans la famille

      - qui ont eu des coups de soleil à répétition durant l'enfance

      - qui ont vécu longtemps dans un pays à forte exposition solaire

      - qui ont une mode de vie ou une profession qui expose au soleil

      - qui ont commencé à s'exposer aux UVs artificiels avant 30 ans

      Alors si vous avez une tùche suspecte, un grain de beauté différent des autres ou qui a changé d'aspect, n'hésitez pas et consultez un médecin.

      • ProblĂšme de santĂ© liĂ©s aux soleil

      Enfin, il existe de nombreux problÚmes de santé liés au soleil.

      >Insolation

       "Porte ta casquette" est l'une des phrases qu'on vous a le plus rĂ©pĂ©tĂ©e pendant votre plus tendre enfance. Et pour cause, mĂȘme si cela vous agacez, l'intention Ă©tait bonne : quand votre tĂȘte est exposĂ©e directement au soleil, les consĂ©quences peuvent ĂȘtre terribles : maux de tĂȘte violents, Ă©tat de somnolence, nausĂ©es, Ă©ventuellement perte de connaissance et/ou fiĂšvre Ă©levĂ©es parfois accompagnĂ©es de brĂ»lures cutanĂ©es. 

      >Déshydratation 

      Quand le soleil pointe le bout de son nez, vous ne jurez plus que par les verres en terrasses, les doux rayons du soleil effleurant chaudement votre visage. Vous serez Ă©tonnĂ©-e d'apprendre que l'alcool ce n'est pas de l'eau et en consĂ©quent, ça n'hydrate pas. Au contraire mĂȘme, ce breuvage alcoolisĂ© que vous consommez favorise la dĂ©shydratation. Alors l'Ă©tĂ©, on privilĂ©gie la meilleure boisson d'une monde, la 100% aqueuse. Egalement, ce phĂ©nomĂšne de dĂ©shydratation est trĂšs frĂ©quent chez les enfants qui ne pensent pas Ă  s'hydrater, il est donc nĂ©cessaire de les surveiller de prĂšs.

      >Maladies des yeux

      Les lunettes de soleil sont devenues un vĂ©ritable accessoire de mode. Elles sont mĂ©ticuleusement sĂ©lectionnĂ©es pour leur monture qui doit mettre en valeur votre visage et faire de vous une star le temps d'un instant. Mais leur fonction n'est pas simplement esthĂ©tique. Leurs verres protĂšgent vos yeux des mĂ©faits oculaires du soleil. Car saviez vous qu'il est possible d'attraper un coup de soleil sur la cornĂ©e ? Cette attaque de l'Ɠil qui porte le doux nom d'ophtalmie est trĂšs frĂ©quent en montagne, par rĂ©verbĂ©ration du soleil. Mais ce n'est pas tout, l'Ɠil peut subir une inflammation (kĂ©ratite) au niveau de la partie superficielle du globe oculaire, donc l'iris et la partie blanche qui l'entoure. Enfin, le rayonnement UV peut lĂ©ser la rĂ©tine et provoquer la cataracte. Alors face au soleil, dĂ©gainez votre plus belle arme, votre accessoire fĂ©tiche, j'ai nommĂ© : vos lunettes de soleil !

      >RĂ©activation du virus de l'herpĂšs

      Le soleil Ă©chauffe votre visage et rĂ©veille un virus profondĂ©ment endormi : l'herpĂšs. Ainsi, si vous avez dĂ©jĂ  eu ce type de bouton de fiĂšvre labial, en vous exposant, vous ĂȘtes davantage susceptible de le revoir vous faire un petit bonjour.

       

      4. Mieux vaut prévenir que guérir 

      • PrĂ©vention 

      >CrĂšme solaire

      La meilleure façon de se protéger reste l'application d'une crÚme solaire efficace, 30 minutes avant l'exposition à renouveler toutes les 2 heures et aprÚs chaque baignade. L'indice a son importance et il faut en choisir un adapté à son type de peau. Ainsi, les enfants et les personnes présentant un phototype clair s'orienteront vers l'indice maximal de protection SPF50+ tandis que les peaux moins sensibles s'offriront le luxe d'un indice plus bas SPF30.

      >Heure d'exposition

      Entre 12h et 16h, les rayons du soleil atteignent le summum en terme de chaleur et sont donc plus agressifs pour la peau. Il est donc préférable de s'exposer en dehors de ce créneau horaire.

      >Durée d'exposition

      Une peau qui ne voit pas souvent le soleil oĂč qui ne l'a pas vu depuis longtemps doit ĂȘtre rĂ©habituĂ©e par de courtes expositions d'une vingtaine de minutes.

      >Âge critique

      Pour les plus jeunes, mieux vaut les tartiner avec générosité d'un écran total et de les préserver du soleil en minimisant le temps d'exposition.

      >Accessoires

      En cas d’exposition prolongĂ©e, nous vous conseillons de porter un tee-shirt, un chapeau et des lunettes de soleil en plus de l’application d’une crĂšme solaire.

      >Compléments alimentaires

      Il existe des molécules qui agissent comme des photoprotecteurs et qui diminuent l'impact des UVs sur la peau ainsi que les dommages associés. C'est le cas par exemple du lycopÚne. Plus impressionnant encore, le curcuma a démontré dans plusieurs études son rÎle potentiel dans le traitement du mélanome. Vous retrouverez ces deux fabuleux ingrédients dans nos comprimés à croquer passionnément délicieux : Absolu Solar.

      • Traitement

      Pas de panique, la guérison d'un coup de soleil vient naturellement en quelques semaines suivant les dégùts. 

      DĂ©jĂ  stoppez toute exposition solaire jusqu'Ă  guĂ©rison complĂšte. Si vous n'avez pas le choix, protĂ©gez vous en vous parant de vos plus beaux vĂȘtements protecteurs (mĂȘme sous le parasol) et en Ă©talant dĂ©licatement de la crĂšme solaire indice 50 sur votre corps magnifiquement (ou pas) rougi.

      Si vous coup de soleil est peu étendu et sans cloques, il existe de nombreux produits pour apaiser la brûlure (aprÚs-soleil) à appliquer en couches minimum 1 à 6 fois par jour.

      En revanche, si vous avez des cloques, la rÚgle n°1 est de ne surtout pas les percer au risque d'aggraver la situation et de laisser des marques. Nous vous conseillons de désinfecter avec un produit à base de chlorhexidine aqueuse puis d'appliquer un pansement hydrocolloïde sur peau propre et sÚche et de le changer quotidiennement jusqu'à cicatrisation.

      Si vous subissez de désagréables démangeaisons, rien de mieux qu'une crÚme à base d'hydrocortisone à appliquer 2 fois par jour pendant maximum 3 jours.

      Enfin, pour estomper les tùches pigmentaires photo-induites, n'hésitez pas à utiliser le premier unificateur de teint sous forme de rafraßchissant comprimés à croquer : Absolu+ White.

       

      Le soleil. On le préfÚre à la pluie bien qu'il soit le plus grand destructeur de votre peau. L'essentiel pour s'en protéger et de ne pas en abuser, car, comme pour tout, c'est l'excÚs qui est mauvais pour votre santé cutanée. Raisonnablement exposé-e et protégé-e, vous bénéficierez de son super pouvoir bronzant. Dans le cas contraire vous subirez son anti-pouvoir brûlant. Avec cet article, vous avez toutes les armes en main pour vous parer d'un hùle sublime en toute sécurité.

       

       

       

       

      Laissez un commentaire